ATELIER TECHNIQUE: la catéchèse par visioconférence. Comment on fait ?

Comment assurer la prière hebdomadaire de Taizé pendant le confinement ? Voilà la question qui mène Sébastien Baertschi, agent pastoral collaborateur au SCC, à s’intéresser aux visioconférences, d’abord avec un usage des logiciels gratuits, puis des modalités payantes par confort face à quelques implantations bienvenues en pastorale de la jeunesse (PJGE).

Comment ça fonctionne ? Quels sont les limites ? Quelle sécurité (virus, confidentialité, données, …) ? Comment inviter et non pas répondre seulement à une invitation ? Voici les questions qui ressortent de l’assemblée présente lors de cet atelier technique.

Avant confinement, Skype (de Microsoft) était le plus utilisé sous nos latitudes des visioconférences. Depuis, les logiciels sont devenus foison… notamment Zoom, qui offre un temps d’environ 45 minutes pour sa version gratuite. Niveau sécurité, kMeet (du fournisseur Infomaniaks) a une offre optimisée.

Une fois une saine prise de distance élaborée vis-à-vis des aspects sécuritaires, des démonstrations, trucs et astuces sont échangés, autant techniques par rapport à l’une ou l’autre des plateformes, mais aussi de gestion de groupe qui diffère énormément d’une rencontre en présentiel, notamment avec la nécessité d’être plus directif, d’interpeler nommément les personnes, au risque sinon de voir s’installer le silence, etc. Les petits enfants, qui auront sans doute plutôt un accès via un natel, seront contents d’avoir un jouet entre les mains et pourraient être plus intéressés que ce que l’on pense… Si les enjeux catéchétiques sont quelques peu mis à mal avec un public jeune, le lien de communauté est pourtant ainsi maintenu, et cela est important, même si le temps de rencontre est réduit.

Chacun repart content, avec des connaissances précisées, et surtout un surplus de confiance pour utiliser, voire gérer ces nouveaux modes de réunions.

Toutes et tous présents préfèrent le réel, évidemment, et nous espérons avoir le moins possible besoin « de s’y (re)mettre » !

FG